Vente de gré à gré : votre banque vous accompagne

Vendre une partie de son patrimoine artistique ne rime pas nécessairement avec vente aux enchères. Pour des raisons de confidentialité et lorsque la nature de l’œuvre le justifie, la vente de gré à gré peut constituer une alternative intéressante.

Vente au marteau ou vente de gré à gré ?

La première option assure à l’œuvre d’art une visibilité souvent internationale par le biais du catalogue, des articles de presse, de l’exposition publique… Une vente bien préparée, composée d’un ensemble d’œuvres sélectionnées aux provenances impeccables attirera immanquablement  les amateurs et les collectionneurs. Elle peut parfois se transformer en un événement exceptionnel telle la vente Yves Saint Laurent et Pierre Bergé de 2009 au Grand Palais qui fut qualifiée de « vente du siècle » par la presse internationale. De même, certains marchés tels que celui des antiquités chinoises se prêtent davantage que d’autres à la vente aux enchères. Très joueurs, les collectionneurs chinois aiment acquérir publiquement des œuvres d’art. De ce fait, un amateur souhaitant céder son vase en porcelaine ou en jade sera plus avisé de le proposer lors d’une vente aux enchères à Hong Kong et ce afin d’en retirer le prix le plus élevé.

Évidemment cette visibilité a son revers et ce d’autant plus que l’œuvre reste invendue lors d’une vente publique. En effet, si le développement d’Internet a permis un meilleur accès aux informations relatives au marché de l’art et aux ventes, il expose de façon quasi permanente une œuvre à un très large public en offrant une visibilité complète de son historique (invendue, revendue, où, quand…). C’est essentiellement pour cette raison que la plupart des collectionneurs se sont peu à peu tournés vers les ventes de gré à gré qui avaient l’avantage de rester confidentielles et de ne pas surexposer l’œuvre.

Les acteurs à opérer sur ce marché sont nombreux : les marchands, galeristes, antiquaires, courtiers et depuis 2011, les grandes maisons de ventes aux enchères.

Le département NOBC Art accompagne ses clients dans leurs démarches d’achats et de ventes

La banque, partenaire de confiance

Face à un marché de l’art complexe et difficile à appréhender pour un non initié, la banque NOBC a fait le choix de créer pour ses clients, une structure dédiée à l’ensemble des problématiques liées aux œuvres d’art.

Ainsi, le département NOBC Art, entièrement intégré à la banque, accompagne ses clients sur toutes les problématiques en relation directe avec la gestion d’une collection (stockage au sein des coffres de la banque, restauration, assurance, transport, expositions, etc.). Grâce à son réseau étendu, l’équipe peut également réaliser des inventaires de façon confidentielle et opérer des ventes de gré à gré. Les collectionneurs d’œuvres d’art bénéficient du savoir-faire, de la discrétion du département NOBC Art. Ils profitent également d’un réseau étendu de vendeurs et d’acheteurs identifiés. Cet accompagnement spécialisé et sur-mesure s’inscrit dans un conseil plus élargi lié au patrimoine global des clients.