La RSE comme levier de performance

Mettre en place une stratégie de responsabilité sociale s’inscrit pleinement dans une logique de performance économique. Par essence, la RSE se veut un outil de réussite parmi d’autres. Concilier ses ambitions économiques, sociales et environnementales en améliorant l’efficacité et la compétitivité à court terme et à long terme, c’est tout l’art d’une stratégie RSE bien pensée.

Un outil de cohésion et de motivation

La mise en place d’une politique RSE permet tout d’abord de solidifier les valeurs de l’entreprise et de renforcer la cohésion des équipes. D’ailleurs pour les trois quarts des entreprises ayant mis en place des mesures de RSE1, le bénéfice principal de la RSE est une meilleure implication des salariés. La RSE motive et redonne du sens au travail de chacun. Du point de vue des embauches, elle constitue un facteur différenciant à salaire égal, particulièrement prisé par les jeunes diplômés.

50%

des entreprises s’attendent à bénéficier d’une meilleure image et d’une amélioration des relations avec les parties prenantes.

En effet, une démarche RSE bien conduite permet de valoriser l’image de l’entreprise, aussi bien en interne qu’en externe. Mettre l’éthique au cœur de l’action, c’est renforcer ses relations avec l’ensemble la société civile, les pouvoirs publics, clients, fournisseurs, sous-traitants, en prenant appui sur des valeurs communes. La RSE renforce l’ancrage de l’entreprise au sein d’un territoire.

L’image d’éco-citoyenneté construite permet de se démarquer de la concurrence auprès des clients et des prospects de l’entreprise. 

La RSE offre également un gage de sérieux pour les actionnaires et les futurs investisseurs. L’entreprise anticipe les risques et va au-devant de l’évolution des règlementations sociales et environnementales. Elle se positionne en leader sur des problématiques nouvelles. De quoi séduire ceux qui misent sur elle.

La performance économique à la clé

Les entreprises sont peu nombreuses à corréler démarche RSE et amélioration des performances économiques (35%). Seules 26% y voient une possibilité de répondre à de nouveaux marchés. Pourtant, une consommation plus responsable d’énergie et de matières premières conduit rapidement à une diminution des coûts de fonctionnement et à une nette amélioration de la compétitivité de l’entreprise. Même stratégie gagnant/gagnant pour les entreprises qui s’efforcent de favoriser le bien-être au travail. Elles constatent généralement une diminution de l’absentéisme et du turn over. Une réflexion sur l’utilisation des matières premières, l’utilisation de nouveaux process peut également conduire l’entreprise à innover en développant de nouveaux produits, plus performants et gagner ainsi de nouveaux marchés.

(1) Enquête Opcalia-Lucie/TNS Sofres, juillet 2015

Dernier Podcast

[Podcast] Antoine Hubert, co-fondateur d’ŸNSECT : pionnier de l’AgriTech

Et si les grands changements prenaient la forme de petits êtres vivants ? Antoine Hubert est l’heureux co-fondateur d’ŸNSECT, la start-up d’agritech qui se sert des insectes pour proposer de nouvelles solutions. Après un voyage en Nouvelle-Zélande où il découvre l'intérêt des vers de terre dans le recyclage les déchets organiques, Antoine Hubert fonde l’association Worgamic dans le but de reconnecter les urbains avec leur…

Abonnez-vous et retrouvez chaque mois, les confidences inspirantes des entrepreneur.e.s engagé.e.s sur votre plateforme préférée.

Pour proposer une meilleure expérience de navigation à nos visiteurs et améliorer notre site, la Banque Neufize OBC utilise des cookies. Que ce soit pour mesurer la popularité de nos articles, vous proposer un contenu qui correspond à vos attentes ou afficher des publicités pertinentes et de qualité, ces cookies sont essentiels. Vous pouvez accepter les cookies, les configurer, ou vous opposer à leur utilisation.