Les pépites françaises: quels freins à l’innovation ?

Selon le classement Thomson Reuters « 2016 Top Global Innovators », la France se place au troisième rang mondial dans le domaine de la propriété industrielle. Avec 10 institutions retenues parmi les 100 organisations les plus innovantes, la France arrive derrière les Etats-Unis (35 organisations parmi les 100), devancés par le Japon (40 organisations parmi les 100).

Des dispositifs d’aide à l’innovation de plus en plus présents

En France, d’importants dispositifs favorisent désormais le développement de l’innovation privée : le crédit impôt recherche (CIR), le dispositif des Jeunes entreprises Innovantes , les Programmes d’Investissement d’Avenir (PIA), la Banque Publique d’investissement (BPI France), les incubateurs. Selon le rapport établi par la Commission Nationale d’évaluation des Politiques d’Innovation (2016), 10 milliards d’euros sont aujourd’hui consacrés à l’innovation par les différents acteurs publics : Etat, Régions et Europe. 6,4 milliards d’euros sont injectés par le biais d’incitations fiscales, essentiellement par le CIR, afin d’encourager l’effort de R&D des entreprises françaises.

10 milliards d’euros sont consacrés à l’innovation par les différents acteurs publics : Etat, Régions et Europe

Des freins financiers

Malgré la montée en puissance de ce dispositif attractif, en France, les entreprises innovantes se heurtent toujours à « la complexité administrative » et à un véritable manque de financement. Selon l’OCDE (chiffres 2015), « en proportion du PIB, la France investit 10 fois moins en capital-risque que les Etats-Unis, mais légèrement plus que le Royaume-Uni et l’Allemagne. Mais le marché du capital-risque repose fortement sur le soutien public direct. En effet, 40% des financements y sont levés par des agences publiques, contre 18% au Royaume-Uni et 6% aux Etats-Unis ».

Les entreprises trouvent difficilement des financements tant en termes de capital-développement que lors de la phase d’amorçage. Selon certains spécialistes du secteur de l’e-santé, les start-ups peinent à lever de premiers fonds. Elles se heurtent au manque d’expertise technique des financeurs qui méconnaissent trop souvent le marché sur lequel la société développe ses produits. Pour obtenir un premier financement institutionnel, le parcours se transforme vite en chemin de croix ponctué par une même succession de questions : Avez-vous déjà réuni un premier tour de table auprès de vos connaissances ?, Avez-vous obtenu des subventions publiques ?…

Pour trouver des fonds en phase d’amorçage, certains entrepreneurs s’orientent vers des « sessions de pitches » chronophages et peu « rentables » : 20 minutes pour présenter leur business plan face à des investisseurs qui ont déjà écouté une vingtaine de concurrents…pour obtenir des subventions de 15.000, 20.000 euros.

Aussi, de nombreuses pousses tentent l’aventure Outre-Atlantique espérant un financement plus facile et un accès aux marchés financiers plus rapide.

Le capital humain

Le plan compétences Biotech/ Innovations Santé 2020 met en avant un autre type de freins à l’innovation en France : la formation du capital humain. Pourtant, les PME innovantes doivent disposer de ressources tant humaines que financières pour atteindre des niveaux de démonstration suffisante pour valoriser l’innovation mais également pour assurer sur le long terme une qualité de recherche en ligne avec les exigences de potentiels partenaires. Ainsi, pour faciliter la levée de fonds, les chefs d’entreprises doivent être formés à la vulgarisation scientifique, au management des investisseurs. Les start-ups de la biotech doivent développer des compétences en interne sur des domaines aussi variés que le réglementaire, la qualité, les essais cliniques même si le recours à des cabinets spécialisés est aujourd’hui la norme.

Le saviez-vous ?

Le CEA, le CNRS et l’Inserm figurent parmi les 10 premiers organismes de recherche en termes d’innovation dans le monde tandis que l’institut Pasteur s’inscrit au 17e rang.
(source : Classement Thomson Reuters « 2016 Top Global Innovators »)