Quand les opérateurs Internet se piquent de cinéma
prev_img

Quand l’économie circulaire intègre le cycle immobilier

prev_img

Comment concilier intelligence artificielle et éthique ?

Quand les opérateurs Internet se piquent de cinéma

Après Orange il y a tout juste 10 ans, le groupe Altice, propriétaire de SFR, marche à son tour sur les plates-bandes de Canal+, en créant une chaîne cinéma et séries et en se lançant dans la production. Une aubaine pour les créateurs ?

Le 22 août dernier, le groupe de médias et télécom Altice a lancé en grandes pompes, sur les box SFR, sa chaine Altice Studio, dédiée au cinéma et aux séries. Lors d’une conférence de presse, Alain Weill, le patron des activités médias du groupe, a promis un « budget conséquent » de 160 millions d’euros, avec 400 films par an, grâce notamment à des accords d’exclusivité avec les groupes américains NBC Universal et Paramount.

Altice Studio va produire 3 films par an

Dans la production, ce nouvel entrant n’entend pas faire de la figuration. « Nous allons produire chaque année pour environ 40 millions d’euros de séries et de films », a annoncé Alain Weill. L’objectif affiché de la chaine est de financer au moins 3 films par an. Un premier long-métrage est d’ailleurs en production avec SBS Productions. Il s’agit de « Place Publique », le prochain film d’Agnès Jaoui et Jean-Michel Bacri.

Pour Altice, ce lancement répond à une stratégie de convergence entre médias et télécoms. Et sa chaîne apparaît comme une concurrente sérieuse pour Canal+ (groupe Vivendi), premier financeur du cinéma français avec en moyenne 200 millions d’euros d’investissements chaque année.

Altice entend produire chaque année pour 40 millions d’euros de séries et de films

Orange se renforce dans les contenus

Altice n’est pas le premier groupe télécoms à faire incursion dans le monde du cinéma. Orange (ex-France Télécom) a depuis longtemps investi l’industrie. En 2007, l’opérateur a lancé sa filiale cinéma, Orange Studio (ex-Studio 37), et en 2008 son bouquet de chaînes OCS. Anticipant l’arrivée d’Altice Studio, le groupe a pris les devants dès le mois de mars, en créant une nouvelle structure dédiée aux contenus, baptisée Orange Content. Dirigée par David Kessler, elle rassemble toutes les activités de l’opérateur dans les médias. Orange a également annoncé en juillet un partenariat avec UGC, ainsi que 100 millions d’euros d’investissements dans les séries sur cinq ans.

Canal+ à la peine

Ces nouveaux guichets de financement sont-ils vraiment une aubaine pour les secteurs du cinéma et de l’audiovisuel ? Sans doute, dans la mesure où Canal+, en difficulté depuis plusieurs années – elle a perdu 500 000 abonnés en 5 ans -, cherche à renégocier ses obligations à la baisse. Actuellement, le groupe doit consacrer 12,5 % de son CA dans le cinéma. Cependant, les nouveaux entrants comme Altice Studio sauront-ils vraiment prendre le relais ? Pour l’heure, la chaîne installée au Luxembourg, n’a aucune obligation d’investissement et n’a pas souhaité signer d’accord avec la filière cinéma.

Les investissements des chaînes payantes dans le cinéma

Selon le bilan de la production cinématographique 2016, publié par le CNC, Canal+ a apporté, en 2016, 75,5% des investissements cinéma totaux des chaînes payantes. Il s’agit de son plus bas niveau depuis 10 ans. OCS représente quant à elle 16% des apports des diffuseurs payants, soit son plus haut niveau depuis 2008, année de sa première participation à la production des films agréés.

Sur le même sujet

  • Cinéma et culture

    La convergence jeux-vidéo et cinéma fait recette

  • Cinéma et culture

    Le nouveau crédit d’impôt cinéma confirme ses effets positifs

  • Cinéma et culture

    Les théâtres suscitent l’engouement des grands patrons

Cet article vous a-t-il intéressé ?
  • Oui (100%)
  • non (0%)

Vous souhaitez réagir à cet article