Les nouvelles régions, incontournables soutiens à la production
prev_img

Entrepreneur : les évolutions fiscales à attendre

prev_img

Les entrepreneurs restent attachés aux dons

Les nouvelles régions, incontournables soutiens à la production

La réforme territoriale a créé 13 grandes régions françaises fin 2015. Cela ne semble pas avoir affecté les politiques de soutien des collectivités territoriales en faveur de l’audiovisuel et du cinéma. Au contraire, certaines régions ont annoncé des hausses conséquentes de leurs fonds de soutien.

Le nouveau découpage régional, faisant passer le nombre de régions de 22 à 13, aura suscité beaucoup d’inquiétudes quant à la pérennité du système de soutien à la culture, notamment au cinéma et à l’audiovisuel. Après un peu moins d’un an, le désengagement des collectivités locales craint par les professionnels du secteur n’a pas eu lieu.

En 2016 les collectivités territoriales ont investi 20,87 millions d’euros dans 101 films, dont 98 d’initiative française, selon l’étude du Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) sur la production cinématographique, dévoilé en avril dernier. Parmi elles, l’Ile-de-France tient le haut du pavé : elle a apporté 54,2% de l’ensemble des aides publiques des collectivités territoriales pour un montant de 11,31 millions d’euros. En seconde position, les Hauts-de-France ont investi 3,24 millions d’euros l’an passé.

Bien qu’en léger retrait (21,39 millions d’euros en 2015), le chiffre de 2016 n’a rien d’inquiétant. En effet, certaines régions ont déjà voté des hausses spectaculaires de leurs fonds de soutien à la faveur d’un nouvel accord cadre tripartite de coopération pour le cinéma et l’image animée avec l’État et le CNC pour la période 2017-2019.

Trois régions renforcent leurs aides

La région Hauts-de-France a ainsi acté en février une hausse de son soutien à l’audiovisuel et au cinéma pour 2017, à hauteur de 10 millions d’euros. Un chiffre multiplié par 2,5 sur un an qui devrait largement profiter à la filière cinéma. Fin janvier, la région Ile-de-France a également adopté un budget de 20 millions d’euros (+20% par rapport à 2016) dont un fonds de soutien au cinéma et à l’audiovisuel doté de 15,5 millions d’euros. Ce dernier devrait donner davantage la priorité aux films à fort impact économique : le plafond pour les longs métrages pourra désormais atteindre 700.000 euros.

La Nouvelle Aquitaine a également adopté en février dernier le relèvement du montant de ses aides (audiovisuelles et cinéma) à 10 millions d’euros, avec des efforts supplémentaires pour le secteur de l’animation, a indiqué Éric Correia, conseiller régional en charge de l’économie créative, dans une interview au Film Français. Un fonds unique a aussi été créé. Il sera géré à partir de 2018 par une agence dédiée, basée à Bordeaux et issue de la fusion entre l’agence ECLA et les Centres Régionaux du livre du Limousin et de Poitou-Charentes.

La région Hauts-de-France a acté en février une hausse de son soutien aux filières audiovisuelles et cinématographiques, à hauteur de 10 millions d’euros, un chiffre multiplié par 2,5 sur un an.

De nouvelles conventions avec le CNC

Si ces trois régions ont pris les devants en début d’année, la concertation se poursuit dans les autres régions. Toutes devront en effet signer une convention tripartite d’ici la fin de l’année. À l’occasion du Festival de Cannes 2017, deux conventions-cadres ont ainsi été signées. La première avec la région Grand-Est et la seconde avec la région Provence-Alpes-Côte-D’azur. Ces accords prévoient notamment l’augmentation des fonds de soutien, le développement des programmes d’émergence de jeunes talents et l’investissement des télévisions locales dans la création…

« L’étape suivante de coopération consistera à convenir des moyens mobilisés par chacun des signataires sur le territoire régional. Outre les contributions de la Région et de l’Etat, la filière régionale va ainsi bénéficier de moyens d’accompagnement financiers mobilisés par le CNC », a indiqué la direction du CNC, dans un communiqué. À l’heure où les difficultés financières des chaînes de télévision se font sentir sur le financement du cinéma, les régions pourraient donc représenter un intéressant relais financier.

Les aides publiques des collectivités territoriales à la production cinématographique (y compris apports du CNC) ont atteint 20,87 millions d’euros en 2016, contre 21,39 millions d’euros en 2015 et 16,04 millions d’euros en 2014, selon le bilan de la production cinématographique du Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) publié en avril 2017.

Cet article vous a-t-il intéressé ?
  • Oui (67%)
  • non (33%)

Vous souhaitez réagir à cet article