Renaissance… du cinéma ?

Affichez cette newsletter dans votre navigateur.

Mai
Renaissance... du cinéma ?

À l’approche des 500 ans de la disparition de Léonard de Vinci, qui seront célébrés aujourd'hui en grande pompe à Amboise (Indre-et-Loire) par les présidents français et italien, la ville de Milan se prépare elle aussi aux festivités. Car c’est dans la capitale lombarde que le père de La Joconde a passé la plus longue période de sa vie. Pour l’occasion, un de ses chefs-d’œuvre méconnus, la « salle de l’axe » du château des Sforza, avec sa fresque gigantesque représentant un enchevêtrement d’arbres, ouvrira ses portes au public après six ans de restauration. Un journaliste de Connaissances des Arts a pu voir le lieu en avant-première. Une merveille.

Mais au XXIe siècle, il est d’autres renaissances que celles des bâtiments et des peintures. Des chercheurs de l’université de Yale viennent ainsi de révéler qu’ils étaient parvenus à restaurer partiellement l’activité cérébrale de porcidés morts depuis quelques heures.« Cela remet en question notre conception de ce qui fait qu’un être est vivant », a commenté la revue Nature. Mais en attendant que cette découverte scientifique sauve des vies humaines, on se fiera au docteur Vijay Pande, de l’université de Stanford, qui estime que les médecins pourraient éviter quatre fois plus de décès « prématurés » à leurs patients s’ils insistaient tout simplement davantage sur la prévention lors de leurs consultations. Une tribune à lire sur le site américain TechCrunch.

Enfin, cap sur Cannes, où les derniers préparatifs du Festival international du film sont en cours. Cette année encore, aucun long-métrage produit par Netflix ne figure dans la sélection officielle. Pour séduire le monde du septième art, la plateforme de streaming vient pourtant de racheter la mythique salle de cinéma « Egyptian Theater » à Hollywood, comme l’indique Variety. L’enjeu est de taille. Car ce sont désormais six géants (Apple, Amazon, AT&T, Comcast, Disney et Netflix) qui se disputent le leadership du cinéma. Comme l’a calculé The Economist (traduit par le site français Le nouvel Economiste), AT&T, Comcast et Disney ont ainsi investi plus de 200 milliards de dollars dans des opérations de croissance externe depuis cet été. Le cinéma est aussi une industrie.

 « Croyez-moi, le septième art est totalement un secteur d’avenir. »

Alors que le Festival de Cannes est dans les starting-blocks (ouverture le 14 mai), son charismatique président, Pierre Lescure, a accepté de répondre à nos questions. L’édition 2019 s’annonce faste, avec des réalisateurs de tous les continents et de toutes les générations. Mais avant que ce festin de cinéphiles ne commence, celui qui fut aussi le cofondateur et le PDG de Canal+ jette ici son regard d’expert sur le secteur du cinéma.

Q- À l’heure du streaming, des tablettes et des mobiles, le cinéma en salle a-t-il encore un avenir ?

 P. L. – Sans aucun doute ! Parce que, comme disent les Anglo-Saxons, aller au cinéma est une « expérience » irremplaçable. À cela s’ajoute qu’au-delà de sa dimension culturelle, le cinéma est un univers technique et économique toujours en mouvement, où l’on ne fabrique presque que des prototypes et où l’on innove sans relâche. Depuis un siècle, il y a eu le muet, puis le parlant, puis le technicolor et maintenant le numérique. Aussi, croyez-moi, le septième art est totalement un secteur d’avenir.

Q- Quel regard portez-vous sur les plateformes de vidéo en ligne ?

P. L. – Un regard réaliste : on va être obligé de vivre avec. D’autant plus que leur phénomène ne fait que s’amplifier, avec les géants comme Amazon, Apple et Disney, qui préparent activement leur offre de SVOD. Cela dit, je ne suis pas sûr qu’à terme ces acteurs prennent vraiment le contrôle du secteur. À mon avis, les plateformes de SVOD sont vouées à devenir l’équivalent de Canal+, sans le sport. Or sur la chaîne cryptée, les films « événements » le sont parce qu’ils ont été d’abord des films événements lors de leur sortie au cinéma. Raison de plus, d’ailleurs, de croire dans l’avenir des salles obscures !

Q - Question inévitable : les femmes et le cinéma. Cette année, Agnès Varda a les honneurs de l’affiche du Festival, et quatre femmes cinéastes figurent dans la sélection officielle. Comment Cannes pourrait contribuer à encore plus féminiser le septième art ?

P. L. – Je crois qu’il faut se montrer très volontaristes dans le regard que nous portons et témoigner que la féminisation n’est pas la résultante d’un simple phénomène militant, mais d’un véritable mouvement de fond qui traverse toute la société. Nous devons aussi montrer l’exemple dans notre fonctionnement en tant que festival. C’est ainsi que nos instances sont paritaires, et nos jurys aussi. Ensuite, comme dit souvent notre directeur, Thierry Frémaux, nous sommes tributaires de la production et nous ne pouvons décréter l’égalité dans la sélection. Cela dit, cette année, je peux déjà vous annoncer que les quatre longs-métrages en compétition réalisés par des femmes vont beaucoup faire parler d’eux, notamment Sibyl, de Justine Triet, et Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma, qui pour la première fois s’est essayée au film en costume.

"996"

C’est le terme employé pour désigner en Chine le rythme de travail des employés du numérique, de 9 heures du matin à 9 heures du soir, 6 jours par semaine. Selon le Financial Times, de plus en plus de salariés protestent contre ces cadences infernales et se fédèrent sur les réseaux sociaux. Jusqu’où ira leur révolte ?

Suivez l'actualité de Prismes sur LinkedIn

Se désabonner - Modifier votre souscription

Neuflize OBC utilise des cookies sur ce site à des fins de bon fonctionnement du site, de sécurité, de mesure d’audience, d’analyse et d’amélioration de votre expérience ainsi qu’à des fins publicitaires. Votre consentement à l’installation de cookies qui ne sont pas strictement nécessaires est libre et vous pouvez le retirer à tout moment. Vous pouvez donner ou refuser de donner votre consentement de façon globale ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Consultez notre politique sur les cookies pour de plus amples informations.