L’Impact Investing pour financer les entreprises responsables

Financer et accompagner le développement d’entreprises innovantes à caractère social ou solidaire telle est la vocation de l’impact Investing, ou investissement à impact social. Ce Private Equity est reservé aux entreprises vertes et a déjà fait ses preuves.

Investir de manière responsable

L’Impact Investing correspond à une stratégie d’investissement. Elle consiste à financer en fonds propres des entreprises alliant rendement financier et modèle social ou environnemental. Son objectif est de générer un impact social ou environnemental positif et mesurable et un retour financer.

Le secteur des fonds de l’Impact Investing est en pleine croissance. Avec plus de 125 fonds recensés par la Global Impact Investing Network, le réseau leader en termes d’investissement, l’Impact Investing pèse aujourd’hui 46 milliards de dollars dans le monde. A l’horizon 2020, il devrait représenter un total de 1.000 milliards de dollars d’après les prévisions de la banque JP Morgan. En France, près d’un milliard d’euros aurait été investi dans ce secteur en 2015 d’après une étude réalisée par Finances@Impact-Axylia. Ce chiffre pourrait doubler d’ici 2020.

Un modèle très rentable

Ce qui pourrait sembler relever de l’utopie s’avère au contraire très profitable. L’Impact Investing ne doit pas être confondu avec la philanthropie qui procède du don et qui s’exerce sans contrepartie. Dans l’impact investing, le retour financier est de mise. Cela fonctionne. D’après une étude JP Morgan-Global Impact Investing network de 2014, plus de 90% des investisseurs s’estiment satisfaits par le retour financier obtenu sur leur investissement. Et une écrasante majorité, 99% affichent leur satisfaction quant à l’impact environnemental ou social obtenu in fine.

A l’horizon 2020, l’Impact Investing devrait représenter un total de 1.000 milliards de dollars d’après les prévisions de la banque JPMorgan.

« Pour certains projets, je pense par exemple à une initiative qui se déroule au Brésil et qui vise à stopper l’érosion des terres arables, les investisseurs osent à peine communiquer sur les taux de rendement à deux chiffres obtenus, commente Pascal Canfin, Directeur Général de WWF France. C’est un paradoxe : ils craignent que ces très bons résultats ne viennent masquer le caractère de développement durable qui est au cœur de ce projet ».

Financer la prise de risque

puisse offrir des rendements attractifs à ses bailleurs de fonds, plusieurs années peuvent s’écouler. « C’est le financement de l’innovation et du risque qui est essentiel, avance Arnaud Mourot, Directeur Général de Ashoka Europe. A trop se focaliser sur le rendement, l’Impact Investing peut servir à financer des entreprises qui pourraient tout aussi bien être financées par des banques. L’impact social et environnemental doit primer dans la décision d’investissement ».

Comment financer les premières années de développement de ces  entreprises du secteur responsable ? « La philanthropie a peut être sa place à côté de la finance pour soutenir ces jeunes pousse », conclut Arnaud Mourot.