tech entrepreneur

Les tech, pierre angulaire du monde d’après

Odoxa, pour le compte de Huawei, a réalisé en mai 2020 une étude sur la perception des nouvelles technologies dans plusieurs pays européens. Pour les deux tiers des Français interrogés nous n’aurions jamais pu réussir le confinement sans le numérique et les nouvelles technologies. Pour 80% des Européens « les Tech » ont été pendant cette période un atout sur le plan sanitaire comme sur le plan économique et social.

Les nouvelles technologies n’ont pas attendu la crise liée au Covid-19 pour s’imposer dans notre quotidien. La crise actuelle les consacre comme les « pierres angulaires » du monde dit « d’après ». Selon l’étude Odoxa, pour 8 Européens sur 10 « les Tech » vont même nous aider à « sauver l’humanité ».

Sans atteindre ce paroxysme, la quasi-totalité des personnes interrogées déclarent compter sur les progrès technologiques pour imaginer une nouvelle vie sociale faite de distanciation et de gestes barrières mais aussi de nouvelles perspectives professionnelles répondant aux enjeux liés au travail à distance. Si la crise a été un formidable moteur d’accélération pour de nombreuses technologies existantes, elle a aussi permis l’émergence de nouveaux produits répondant à de nouveau besoins.

Les fintech tirent leur épingle du jeu

Parmi les grands gagnants de la crise figurent les Fintechs avec, notamment, les technologies de paiement par carte sans contact. Selon une étude de la Banque des Règlements Internationaux (BRI), et réalisée dans 10 pays membres de l’institution, la part de paiements sans contact dans l’ensemble des transactions par carte est passée d’environ 30% en septembre 2019, à plus de 65% au début du mois de juin. Au cours de cette période, le plafond du paiement sans contact est passé de 30 à 50 euros.

Dans les restaurants, l’usage d’un QR code à la place du traditionnel menu imprimé est désormais très répandu. Cela crée des opportunités de croissance pour des dizaines de petites Start-Up comme MIAC, Bonjour Menu, Restranslate ou OuiMenu. Le développement d’applications mobiles et de services de livraison comme UberEats, Deliveroo, ou Just Eat est une autre tendance de fond pour la restauration.

Les champions du divertissement comme Netflix, Amazon, Microsoft, Youtube ou Disney sont d’autres gagnants de la crise. En effet les plateformes de contenus ou de jeux en streaming ont connu une croissance exponentielle. Netflix a recruté 16 millions d’abonnées sur les 6 premiers mois de l’année. Un record.

Au rayon des nouveaux usages, on peut également mentionner les systèmes vocaux permettant de gérer des commandes à distance dans des lieux publics. Il s’agit, par exemple, d’appeler les ascenseurs, de commander des ouvertures de portes ou fenêtres, de prendre des mesures intelligentes (chaussures, chapeaux ou vêtements) pour éviter d’essayer les produits en cabine dans les magasins…

La visio au cœur des échanges

La technologie a aussi permis aux entreprises et aux écoles de continuer à travailler, même si elle a creusé le fossé entre les familles les mieux équipées, capables d’offrir à chacun de leurs enfants un ordinateur ou une tablette pour suivre les cours, et les autres. Dans tous les cas, le confinement a eu un effet sur les ventes de matériels informatiques. Les ventes d’ordinateurs, d’imprimantes et de consommables ont explosé sous le coup de la demande des familles devant s’équiper.

Côté entreprise, les directions informatiques ont dû mettre en place très rapidement des infrastructures sécurisés pour faciliter l’utilisation d’outils de partage, de communication et de connexion à distance (Slack, Workplace, Monday, Teamviewer…). Très rapidement, Zoom, Teams ou le Français Livestorm, les services de visioconférence sont devenus familiers de tous les salariés.

La technologie a aussi permis de continuer à se former à distance. Certains organismes comme l’École Française, par exemple, ont connu des pics à 1000 inscriptions par jour pour ces formations certifiantes, soit une hausse de près 500%.

Les conférences sont désormais disponibles à tous à travers des Webinars, les cours sont digitalisés et les Mooc (Massive Open Online Courses) de plus en plus utilisés. Udacity et Coursera assistent à une croissance significative du nombre de nouvelles sessions. Coursera a accueilli 10 millions de visiteurs en plus pendant le confinement. Datascientest.com, la plateforme référence de formation en data science, permet désormais à tous les salariés de grands Groupes Français de commencer à former gratuitement, puis de poursuivre vers des formations payantes.

L'enjeu des données de santé pour la tech

De nouveaux enjeux de santé publique animent les géants de la Tech. L’application StopCovid, portée par le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, rassemble quelques « fleurons » de l’industrie française, réunis dans un consortium public privé : Dassault Systèmes et sa filiale 3DS Outscale pour le stockage des données, Capgemini pour l’architecture de l’application, Lunabee Studio pour son développement mobile, Orange pour la diffusion, Withings pour les objets connectés, ainsi qu’Accenture, Thalès, Atos, Bertin Technologies et d’autres. Une centaine de représentants d’une trentaine d’entreprises ont participé de près ou de loin au développement et au lancement de l’application.

Après un démarrage timide en 2019, l’usage de la consultation médicale en vidéo a également été renforcée pendant l’épidémie du Covid-19. Sur Doctolib, elles sont passées de 100.000 consultations vidéo réalisées au total avant le confinement (de janvier 2019 à février 2020) à 4,6 millions. Soit 50 fois plus.

L'avènement de la 5G pour une nouvelle révolution technologique

Si l’avenir de l’application StopCovid semble incertain, d’autres technologies semblent prometteuses. C’est le cas, par exemple, des drones thermiques, caméras de reconnaissance automatique d’images, sites et applications de télé consultation, partage et traitement de données, scanners thermiques, logiciels de surveillance des examens, les montres connectées médicales… Autant de sujets sur lesquels la concurrence est rude entre nos champions nationaux, comme Intrasense qui apporte des informations complémentaires sur son protocole de lecture scanner dédiée au Covid-19, et les scale-up de la Silicon Valley.

Ce déploiement inédit de technologies, dont certaines s’étaient jusqu’ici cantonnées au domaine de l’armée, du renseignement ou du maintien de l’ordre, ne manque pas de nourrir l’inquiétude des défenseurs des libertés publiques, qui craignent une extension sans précédent de la surveillance et de nouvelles atteintes au respect de la vie privée. L’expérimentation en matière de reconnaissance automatique d’images menée par Datakalab à la station parisienne Châtelet-les-Halles a été interrompue le 12 juin par la Cnil, faute d’un cadre protégeant les données personnelles des usagers.

Pour accélérer toutes ces technologies et offrir toujours d’avantage de service, beaucoup d’acteurs comptent évidemment sur l’événement de le 5G, dont les premières licences devraient être mises aux enchères rapidement. Cette innovation permettra d’améliorer significativement (jusqu’à 10 fois plus) le débit des appareils connectés. L’industrie et les entreprises voient dans la 5G une possibilité d’innover. Ce réseau pourrait donner un nouvel élan à l’automatisation des usines ou des transports. Objets connectés, télémédecine, voitures autonomes, robotiques… Les espoirs de voir cette technologie révolutionner l’industrie mondiale sont nombreux.

Dernier Podcast

[Podcast] Antoine Hubert, co-fondateur d’ŸNSECT : pionnier de l’AgriTech

Et si les grands changements prenaient la forme de petits êtres vivants ? Antoine Hubert est l’heureux co-fondateur d’ŸNSECT, la start-up d’agritech qui se sert des insectes pour proposer de nouvelles solutions. Après un voyage en Nouvelle-Zélande où il découvre l'intérêt des vers de terre dans le recyclage les déchets organiques, Antoine Hubert fonde l’association Worgamic dans le but de reconnecter les urbains avec leur…

Abonnez-vous et retrouvez chaque mois, les confidences inspirantes des entrepreneur.e.s engagé.e.s sur votre plateforme préférée.

Pour proposer une meilleure expérience de navigation à nos visiteurs et améliorer notre site, la Banque Neufize OBC utilise des cookies. Que ce soit pour mesurer la popularité de nos articles, vous proposer un contenu qui correspond à vos attentes ou afficher des publicités pertinentes et de qualité, ces cookies sont essentiels. Vous pouvez accepter les cookies, les configurer, ou vous opposer à leur utilisation.