Les éléments clés pour réussir sa stratégie globale d’investissement

Certains patrimoines peuvent être complexes à gérer. Lorsqu’ils sont investis dans de nombreuses classes d’actifs, voire sur des segments de marché de niche, ils mobilisent de multiples supports d’investissement et sont souvent confiés à différents conseils qui ne possèdent pas de vue d’ensemble de cette allocation.

Les conséquences de cette absence de stratégie globale sont nombreuses : le suivi n’est pas bien assuré, les coûts sont plus élevés et la performance n’est pas optimale. Valery Barbaglia-Resal nous donne 5 conseils pour réussir sa stratégie patrimoniale sur le long terme.

Valery Barbaglia
Valery Barbaglia
Diplômé de l’INSEAD (Executive Programme - Private Banking), du Master de Banque Finance de l’Université de Paris X, et du troisième cycle de gestion internationale du patrimoine de l’université de Clermont-Ferrand, Valéry Barbaglia a exercé durant 10 ans en tant que conseil juridique et fiscal. Fin 2013, il crée le département Family Office de la Banque Neuflize OBC avec pour mission d’assister au quotidien les grands clients privés et institutionnels dans le pilotage de leur stratégie d’investissements, en France comme à l'international.

1. Définir ses objectifs

Gérer son patrimoine de manière rationnelle et pragmatique permet de financer plus aisément ses projets de vie (études des enfants, projets immobiliers, préparation de sa retraite, tour du monde…) et ses projets professionnels (développement ou reprise d’entreprise, stratégie de croissance à l’international…). La réalisation et la réussite de ces projets nécessitent de connaître ses limites en termes de risques et de définir ses horizons d’investissement en mettant en place une structuration juridique et fiscale adaptée. Ces deux derniers paramètres permettent de définir une stratégie d’investissement claire et efficace sur le long terme. L’idée sous-jacente étant de constituer un patrimoine qui ressemble à son détenteur, avec des classes et sous-classes d’actifs qu’il apprécie et souhaite favoriser dans son allocation globale.

2. Les traduire dans une allocation d'actifs stratégique

Afin de pouvoir implémenter efficacement son allocation d’actifs stratégique, il est nécessaire de construire sur le papier une politique d’investissement globale définissant entre autres les investissements éligibles (financier coté & non coté, immobilier…) et leurs pondérations associées. Cette formalisation peut être approfondie à travers les classes d’actifs privilégiées. Par exemple, dans le cadre des investissements dits « passion », il est possible d’investir dans des vignobles, tout en choisissant précisément la localisation et les cépages ; dans des forêts, des essences de bois peuvent être privilégiées… De même, cette formalisation conduit à dresser une liste des secteurs à exclure notamment dans le cadre d’une approche prenant en compte les critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance) comme par exemple l’armement, le tabac ou encore le charbon. Ce document constitue en quelque sorte un cahier des charges pour les assets managers et peut être adressé aux spécialistes de chaque secteur/classe d’actifs.

3. Suivre ses résultats et adapter ses positions

La politique d’investissement constitue un fil conducteur qui guide l’ensemble des gestionnaires qui interviennent sur les différentes poches d’actifs composant le patrimoine. Elle permet de réaliser un suivi précis des investissements réalisés par ces prestataires, en passant par un contrôle accru des risques pris (constatation de déviations), mais également par l’analyse de la sous ou surperformance obtenue par rapport aux objectifs fixés dans le cahier des charges initial. Dans un environnement en constante mutation (économique, financier, monétaire voire politique), il est effectivement primordial de ne pas perdre de vue son objectif afin de tenir le cap. Cela aide aussi à prendre plus rapidement ses gains ou à couper « plus froidement » ses pertes, le cas échéant.
L’autre vertu, par le biais d’un monitoring fréquent, est aussi de permettre d’optimiser plus facilement les rendements de son allocation en essayant de trouver des alternatives. L’exemple bien connu du moment est la baisse inéluctable des rendements des fonds en euros des contrats d’assurance vie. N’ayant pas ou peu d’équivalent en termes de couple rendement-risque, l’investisseur doit donc trouver dès à présent des alternatives moins liquides avec un horizon plus long, mais présentant malheureusement un risque plus élevé.
Ce type de réallocation s’inscrit dans une approche progressive, au gré des opportunités.

4. Fixer une marge tactique

Maintenir un cap ne signifie pas pour autant être figé. Les fondements d’un patrimoine sont définis par une allocation d’actifs stratégique de long terme qui est propre à chaque investisseur. Cette dernière ne doit pas, sauf exception, être modifiée à court terme.

Néanmoins, la prise en compte de l’évolution macro-économique et la recherche d’opportunités de marché peuvent être réalisées par le biais d’une marge tactique.

Il ne faut donc pas hésiter à effectuer, au moins une fois par an, avec ses Conseils, un bilan global, afin de déterminer si la stratégie d’investissement appliquée (surtout sur le plan de l’allocation tactique) est toujours en ligne avec ses objectifs, ou si des aménagements sont à opérer, notamment lorsque des investissements ne se révèlent pas conformes aux attentes.

5. Faire confiance à des experts intervenant en équipe

La gestion de patrimoine et, a fortiori, la gestion de fortune nécessitent de faire appel à des professionnels du secteur qui prennent nécessairement en compte les enjeux juridiques, fiscaux, financiers, sociaux, mais également extra-financiers pour conseiller au mieux leurs clients, et établir une stratégie cohérente, en phase avec leurs objectifs. Ces professionnels suivent les réglementations du secteur, les tendances de marchés et peuvent se positionner sur les meilleures classes d’actifs ainsi que sur des produits innovants. Ils disposent également d’un recul suffisant pour ne pas se laisser emporter par des effets de mode. Pour autant, les particuliers doivent indirectement (via un représentant) ou directement s’impliquer dans le suivi de cette gestion. Ils ne doivent pas être complètement passifs, mais plutôt chercher à comprendre la stratégie d’investissement, contrôler les résultats obtenus et même mettre en avant leurs convictions afin, in fine, de constituer un patrimoine dans lequel ils se reconnaissent.

Dernier Podcast

Podcast : Éric Larchevêque, crypto-entrepreneur

Prendre son élan. Après avoir revendu Pricing - un service de comparateur de prix - ce serial entrepreneur cherche sa nouvelle vocation. Eric Larchevêque pense d’abord ouvrir un musée consacré au Bitcoin avant de se retrouver propulsé par la force de sa destinée : leader français des infrastructures de sécurité pour la cryptomonnaie. Accélération. Plus vite qu’il ne le pense, sa start-up, Ledger, connaît une phase…

Abonnez-vous et retrouvez chaque mois, les confidences inspirantes des entrepreneur.e.s engagé.e.s sur votre plateforme préférée.

Pour proposer une meilleure expérience de navigation à nos visiteurs et améliorer notre site, la Banque Neufize OBC utilise des cookies. Que ce soit pour mesurer la popularité de nos articles, vous proposer un contenu qui correspond à vos attentes ou afficher des publicités pertinentes et de qualité, ces cookies sont essentiels. Vous pouvez accepter les cookies, les configurer, ou vous opposer à leur utilisation.