[Infographie] Après l’hypercroissance, comment réussir dans la durée ?

+2349% de croissance, impensable ? C’est pourtant ce qu’a connu Videdressing, la marketplace de mode de seconde main, en seulement 4 ans. Ses consoeurs s’appellent Doctolib, Ledger, Alan, Devialet ou Younited Credit : ce sont les scale-ups ou entreprises en hypercroissance.

A mi-chemin entre les startups et les licornes, les scale-ups se multiplient dans le paysage entrepreneurial français. Leurs caractéristiques ? Toutes ont passé le stade du proof of concept et possèdent un business model éprouvé. Elles affichent des taux de croissance à deux ou trois chiffres et plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. Parce qu’elles changent d’échelle en un temps record, les scale-ups rencontrent alors des difficultés pour se structurer et pérenniser leur modèle. Après l’hypercroissance, comment faire pour ne pas se brûler les ailes ? Privilégier la rentabilité, s’entourer des bons talents, consolider ses acquis : certains ingrédients sont largement cités par les entrepreneurs pour réussir dans la durée.

Sources : KPMG, Entreprises en hyper croissance : le défi de l’écosystème entrepreneurial français, juin 2018 ; capital.fr, gérer une startup en hypercroissance, 2019 ; maddyness.com, De la startup à la scale-up, les recettes gagnantes des entrepreneurs, 2018.

La rentabilité d'abord

Après une phase d’hypercroissance, plus question de grossir « tous azimuts ». Les scale-ups qui tirent leur épingle du jeu sont celles qui atteignent la rentabilité. Pour cela, elles privilégient la croissance organique et le développement de leur coeur de métier plutôt qu’une diversification de leurs activités.

• 81% des scale-ups privilégient une stratégie de croissance rentable
• vs 18% privilégient la croissance « à tout prix », sans priorité de rentabilité

Stratégies privilégiées par les scale-ups

• 90% privilégient la croissance organique
vs 8% la croissance externe

• 76% se concentrent sur leur cœur de métier
vs 24% diversifient leur activité

Source : KPMG, Entreprises en hyper croissance : le défi de l’écosystème entrepreneurial français, juin 2018

S'entourer des bons talents

Pour les entreprises en hypercroissance, structurer son département ressources humaines et attirer des managers expérimentés sont des clés pour accompagner le changement d’échelle de l’entreprise. Après une phase d’hypercroissance, les scale-up sont ainsi nombreuses à adapter leur gouvernance (création de conseils, nomination de nouveaux dirigeants).

• 6 sur 10 entreprises en hypercroissance considèrent la gestion des talents comme leur principal défi à relever

« Notre CEO italien, par exemple, était le directeur général adjoint d’une grosse compagnie d’assurances, avec une équipe de 700 personnes sous sa responsabilité. Lorsqu’il est arrivé chez nous, il était tout seul dans son bureau ! »
Geoffroy Guigou, cofondateur de Younited Credit

Sources: KPMG, Entreprises en hyper croissance : le défi de l’écosystème entrepreneurial français, juin 2018 ; maddyness.com, De la startup à la scale-up, les recettes gagnantes des entrepreneurs, 2018.

Une solide culture d'entreprise

Principes managériaux, actions de bien-être au travail, gestion des carrières, entrepreneuriat… : la culture d’entreprise est le 2e lever de croissance plébiscité par les dirigeants de scale-ups. Elle permet de retenir et de motiver les talents et de garder le cap de l’entreprise malgré le changement d’échelle.

Top 4 des leviers de croissance privilégiés par les scale-ups :
1. Le dynamisme du secteur
Cité par 45% des dirigeants

2. La culture d’entreprise
Cité par 40% des dirigeants

3. L’innovation produit
Cité par 29% des dirigeants

4. L’internationalisation
Cité par 22% des dirigeants

Sources: KPMG, Entreprises en hyper croissance : le défi de l’écosystème entrepreneurial français, juin 2018

Consolider les acquis

Prendre le temps de remettre à plat le modèle de l’entreprise après une phase d’hypercroissance permet de mieux préparer l’avenir. C’est notamment l’expérience du constructeur de drones Pixiel, qui a volontairement mis un frein à sa croissance pour privilégier le développement de sa R&D.

Le cas de Pixiel
• 2011-2014 : 1400% de croissance
• 2015 : 50% de croissance
• La startup a décidé de lever le pied pour se consacrer au développement de sa R&D

Source : capital.fr, gérer une startup en hypercroissance, 2019, KPMG, Entreprises en hyper croissance : le défi de l’écosystème entrepreneurial français, juin 2018

Dernier Podcast

[Podcast] Hugues Decosse : « winner takes it all »

Rien ne vaut l’adrénaline de l’aventure, si ce n’est la valeur de ses compagnons de route. Hugues Decosse l’a appris aux côtés de ceux et celles qui lui ont permis de relever le défi de la vitesse à tout prix.

Abonnez-vous et retrouvez chaque mois, les confidences inspirantes des entrepreneur.e.s engagé.e.s sur votre plateforme préférée.