Focus sur trois transactions

Qwant, l’avenir d’un géant

Qwant, le moteur de recherche français qui veut défier les géants comme Google et Yahoo ! vient de lever 18,5 millions d’euros auprès de la Caisse des Dépôts (15 millions d’euros) et du groupe de presse allemand Axel Springer (3,5 millions) présent au capital depuis 2014. Les 2 actionnaires disposent ainsi de 20% chacun du capital, le management du groupe conservant la majorité. Au total, l’entreprise se trouve valorisée à 75 millions d’euros. L’objectif de cette nouvelle levée de fonds est de poursuivre le développement d’un moteur de recherche indépendant et alternatif du leader mondial (Google), et de financer le développement en Europe. Qwant a développé sa propre technologie d’indexation, garantissant les données personnelles des utilisateurs. Ce nouveau moteur de recherche, qui dispose par ailleurs d’une ligne de crédit de 25 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement, prétend protéger la vie privée de ses utilisateurs en refusant tout dispositif de traçage à des fins publicitaires, à l’inverse du modèle de Google. La question à l’avenir, qui garantira à l’affaire de croitre durablement, sera de savoir quel modèle économique pourra lui permettre de se passer des revenus publicitaires (contrairement à tous ses concurrents).

Feed. parie sur les repas sains

La foodtech a un bel avenir devant elle, d’autant plus si la société intervient sur un marché de niche. C’est le cas de Feed. qui vient de réaliser sa première levée de fonds pour 500.000 euros auprès d’un tout nouveau fonds d’amorçage Senseii Ventures. C’est bien le modèle et la présence de la jeune entreprise innovante sur un marché de niche qui ont séduit le fonds. En effet, Feed. propose des repas « nutritionnellement parfaits » dans des formats adaptés à des personnes actives. Les produits fournis par la foodtech sont tous vegan, sans gluten, sans lactose, sans OGM, sans noix et fabriqués en France avec des ingrédients naturels de qualité. Tous les repas ont été élaborés par des nutritionnistes rendant les repas encore plus équilibrés. L’objectif de Feed. est de devenir leader européen de la Smart Food (voir lexique) et grâce à sa première levée de fonds, elle compte structurer son équipe, développer ses activités en France et en Europe. Par ailleurs, cela permettra à l’entreprise de poursuivre le développement de son e-shop et de nouer de nouveaux partenariat industriels et commerciaux.

Ecovadis mise sur son internationalisation

Ecovadis est la première plateforme collaborative permettant aux entreprises de suivre la performance « Responsabilité Sociale et Environnementale » (RSE) de leurs fournisseurs. Pour sa première levée de fonds, l’entreprise créée en 2007, a réuni pas moins 30 millions d’euros auprès du fonds de capitalcroissance « Partech Ventures ». Cet argent frais doit permettre à l’entreprise de se concentrer sur son internationalisation. . Déjà présente en France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Ile Maurice et Hong Kong, elle souhaite étendre sa présence dans le monde. Ce financement lui permettra aussi de renforcer sa pertinence et la valeur de ses évaluations, et développer  de nouvelles technologies via sa propre R&D ainsi que  des partenariats avec d’autres start-ups. Ecovadis propose une plateforme collaborative permettant aux grandes entreprises d’évaluer la performance environnementale et sociale de leurs fournisseurs, via la récolte d’information en directe dans un système d’information développé en interne et un réseau d’experts.