« Des fleurs pour les abeilles » pour protéger le patrimoine naturel
prev_img

Agenda des grands évènements Tech de l’année

prev_img

Le boom du gré à gré

« Des fleurs pour les abeilles » pour protéger le patrimoine naturel

Dans une démarche responsable et écologique, de grands acteurs de l’économie s’engage pour la biodiversité en soutenant activement la protection des abeilles.

Le XXIe siècle doit être celui de la transition écologique. Pour cela, la France s’est dotée d’un arsenal juridique au service de la biodiversité, avec la loi du 18 juillet 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Ce texte majeur permet de clarifier ou reconnaitre dans notre droit les concepts de préjudice écologique, de non-régression du droit de l’environnement, d’inscrire le principe d’absence de perte nette de biodiversité, ou encore de solidarité écologique. La notion d’inventaire du patrimoine naturel initié il y a plus de 10 ans par le Muséum d’Histoire naturel, est désormais entrée dans le Code civil.

Préserver la pollinisation

Au sein de notre capital naturel, la protection des abeilles constitue un sujet de préoccupation majeur. Un tiers de l’alimentation mondiale dépend des insectes pollinisateurs, majoritairement les abeilles sauvages et domestiques. Aussi, leur disparition aurait des conséquences dramatiques sur notre alimentation et sur la biodiversité. Or, les abeilles sont réellement menacées et leur population diminue chaque année.

Un tiers de l’alimentation mondiale dépend des insectes pollinisateurs, majoritairement les abeilles sauvages et domestiques

« Des fleurs pour les abeilles »

Avec d’autres partenaires parmi lesquels la Fondation Prince Albert II de Monaco et le parfumeur Guerlain, la banque Neuflize OBC soutient financièrement l’Observatoire Français d’Apidologie (1) (OFA). Cette association à but non lucratif est déclarée d’intérêt général et agit concrètement en faveur de la sauvegarde des abeilles. Son action porte essentiellement sur la régénérescence et le repeuplement des colonies d’abeilles par la sélection, la recherche appliquée sur la résistance au parasite Varoa, et la formation professionnelle des jeunes apiculteurs. Enfin l’OFA gère le conservatoire de l’abeille noire de Porquerolles depuis janvier 2015.

Avec ses partenaires, l’OFA lancera le 20 juin la journée des fleurs pour les abeilles. À cette occasion un milliard de graines de fleurs mellifères seront plantées.

(1) L’apidologie est la partie de la zoologie qui traite des abeilles.

En France, d’après les chiffres de l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF), le taux de mortalité des abeilles est de l’ordre de 30% par an.

Cet article vous a-t-il intéressé ?
  • Oui (100%)
  • non (0%)

Vous souhaitez réagir à cet article