Pour développer son entreprise, quel est le mode de financement le moins onéreux ?
prev_img

Quelles sont les pistes d’investissement immobilier pour 2018 ?

prev_img

L’art contemporain domine le marché de l’art. Est-ce le signe d’une évolution du goût ?

Pour développer son entreprise, quel est le mode de financement le moins onéreux ?

Pour évaluer l’intérêt d’un financement, un chef d’entreprise doit distinguer son coût immédiat de son coût à long terme. À court terme, il peut en effet sembler moins coûteux d’ouvrir son capital, mais cette solution peut s’avérer beaucoup moins attractive sur le long terme en cas de forte création de valeur. De même, un financement bancaire peut être intéressant pour une entreprise dont les perspectives de croissance sont élevées, mais l’est moins pour une entreprise d’un secteur plus mature. De plus, un excès d’endettement comme une dilution trop importante du capital risquent de freiner le développement de l’entreprise au lieu de le favoriser. Enfin, le coût d’un financement dépend totalement du profil du risque. Il n’existe donc pas de réponse unique au besoin de financement.

Le plus opportun est donc de faire appel à des solutions mixtes : privilégier dans un premier temps un prêt bancaire amortissable classique remboursable via les flux de trésorerie d’une entreprise, le compléter éventuellement par un prêt remboursable in fine, utiliser si nécessaire une augmentation de capital et/ou des financements hybrides comme les obligations convertibles ou la dette mezzanine. Le chef d’entreprise doit toujours se faire accompagner, être conseiller dans son projet afin de trouver les financements les plus adaptés et de les marier de façon optimale.

Cédric
Cédric Plantier

Cédric a une expérience de 25 ans en financement des entreprises. Après 8 ans au sein du groupe HSBC en tant que Chargé d’Affaires Entreprises puis Directeur d’Agence, il rejoint Neuflize OBC en 2000 en tant que Banquier Corporate au sein de l’équipe Production de l’Image puis intègre l’équipe des Financements Structurés en 2011. Il est diplômé de l’ESC Dijon. 

Cet article vous a-t-il intéressé ?
  • Oui (57%)
  • non (43%)

Vous souhaitez réagir à cet article