Développer son entreprise, quel mode de financement le moins onéreux ?

Quel financement?

Pour évaluer l’intérêt d’un financement, un chef d’entreprise doit distinguer son coût immédiat de son coût à long terme. À court terme, il peut en effet sembler moins coûteux d’ouvrir son capital, mais cette solution peut s’avérer beaucoup moins attractive sur le long terme en cas de forte création de valeur.

De même, un financement bancaire peut être intéressant pour une entreprise dont les perspectives de croissance sont élevées, mais l’est moins pour une entreprise d’un secteur plus mature. De plus, un excès d’endettement comme une dilution trop importante du capital risquent de freiner le développement de l’entreprise au lieu de le favoriser.

Enfin, le coût d’un financement dépend totalement du profil du risque. Il n’existe donc pas de réponse unique au besoin de financement.

Des solutions mixtes

Le plus opportun est donc de faire appel à des solutions mixtes : privilégier dans un premier temps un prêt bancaire amortissable classique remboursable via les flux de trésorerie d’une entreprise, le compléter éventuellement par un prêt remboursable in fine, utiliser si nécessaire une augmentation de capital et/ou des financements hybrides comme les obligations convertibles ou la dette mezzanine.

Le chef d’entreprise doit toujours se faire accompagner, être conseiller dans son projet afin de trouver les financements les plus adaptés et de les marier de façon optimale.

Cédric Plantier
Cédric Plantier

Cédric a une expérience de 25 ans en financement des entreprises. Après 8 ans au sein du groupe HSBC en tant que Chargé d'Affaires Entreprises puis Directeur d'Agence, il rejoint Neuflize OBC en 2000 en tant que Banquier Corporate au sein de l'équipe Production de l'Image puis intègre l'équipe des Financements Structurés en 2011. Il est diplômé de l'ESC Dijon. 

Dernier Podcast

[Podcast] Antoine Hubert, co-fondateur d’ŸNSECT : pionnier de l’AgriTech

Et si les grands changements prenaient la forme de petits êtres vivants ? Antoine Hubert est l’heureux co-fondateur d’ŸNSECT, la start-up d’agritech qui se sert des insectes pour proposer de nouvelles solutions. Après un voyage en Nouvelle-Zélande où il découvre l'intérêt des vers de terre dans le recyclage les déchets organiques, Antoine Hubert fonde l’association Worgamic dans le but de reconnecter les urbains avec leur…

Abonnez-vous et retrouvez chaque mois, les confidences inspirantes des entrepreneur.e.s engagé.e.s sur votre plateforme préférée.

Neuflize OBC utilise des cookies sur ce site à des fins de bon fonctionnement du site, de sécurité, de mesure d’audience, d’analyse et d’amélioration de votre expérience ainsi qu’à des fins publicitaires. Votre consentement à l’installation de cookies qui ne sont pas strictement nécessaires est libre et vous pouvez le retirer à tout moment. Vous pouvez donner ou refuser de donner votre consentement de façon globale ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Consultez notre politique sur les cookies pour de plus amples informations.