Assurance-vie : performances des fonds en euros en 2016

L’assurance-vie en euros a connu des jours meilleurs. Rémunérée 4,20% en moyenne en 2005, ses performances ont chuté régulièrement depuis, pour atteindre 2,30% en 2015. Les rendements dévoilés depuis janvier confirment cette tendance pour l’année 2016. Compris entre 0,5% pour les moins bons et 3,60% pour les meilleurs, les fonds en euros de l’assurance-vie auront rapporté 1,80% en moyenne l’an dernier. Soit 0,5 point de moins qu’en 2015. Le déclin s’est donc amplifié l’an dernier, la baisse étant plus importante que celle constatée les années précédentes (- 0,2 point par an depuis 2012).

Des assureurs plus prudents

Les fonds en euros étant à capital garanti, l’épargne collectée est investie très majoritairement dans des obligations d’Etat à faible risque. Les titres d’emprunt rapportent actuellement autour de 1%. Les obligations les plus rémunératrices souscrites par le passé arrivant à échéance, et la collecte des fonds en euros ne désemplissant pas malgré un ralentissement fin 2016, les assureurs sont donc contraints de réinvestir à des taux dilutifs pour le rendement des actifs en euros.
Les assureurs peuvent mettre de côté une partie des bénéfices qu’ils réalisent chaque année, puis les redistribuer dans un délai de 8 ans. C’est une des armes à leur disposition pour limiter l’érosion de la rémunération servie aux assurés dans le temps puisqu’ils peuvent ensuite piocher dans cette réserve lorsque nécessaire.
Concernant le rendement servi en 2017 pour l’année 2016, les professionnels ont effectivement préféré jouer la prudence en limitant la distribution de leurs gains. La plupart d’entre eux ont décidé de reconstituer leurs réserves pour assurer l’avenir de leurs fonds en euros. Incités à la modération par les autorités financières et par la récente loi « Sapin 2 », ils ont choisi de corréler davantage les performances de ces fonds à celles de leurs propres portefeuilles d’investissement.

L’épargne collectée par les assureurs est investie très majoritairement dans des obligations d’Etat à faible risque.

Diversifier ses investissements

Dans le contexte d’inflation quasi-nulle que connaît la France depuis 3 ans, cette baisse de rendement doit être relativisée. Les fonds en euros de l’assurance-vie restent, de loin, le meilleur placement liquide et sans risque. Néanmoins, il faut garder à l’esprit que l’inflation devrait remonter cette année et que les fonds en euros vont continuer de baisser.

Pour un placement à moyen ou long terme, il faudra donc accepter une légère prise de risques à l’avenir pour préserver le pouvoir d’achat de l’épargne. Il sera certainement nécessaire de diversifier l’investissement avec des supports en unités de compte, sans capital garanti mais potentiellement plus rémunérateurs. Le cas échéant, cela vous permettra aussi de booster la rémunération des fonds en euros, certains assureurs offrant un bonus aux assurés qui placent une partie de leur épargne sur les unités de compte de leur contrat.